J'ai perdu un proche

J'ai perdu un proche

Cimetiere

En cas de décès, quelles sont les démarches à suivre ?

Nous vous invitons à prendre contact avec les Pompes Funèbres de votre choix.
Elles  contacteront la paroisse pour décider avec vous du jour et de l'heure des obsèques.
Un prêtre de la paroisse vous contactera et vous rencontrera ensuite pour préparer la célébration et, si vous le souhaitez, prier avec vous.
Vous pouvez vous adresser aux Pompes Funèbres de votre choix, ou bien au Service Catholique des Funérailles
9, rue Notre-Dame - 83000 Toulon
04 94 01 70 95
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.s-c-f.org

Qu'apporte la cérémonie chrétienne des funérailles?

La cérémonie chrétienne des funérailles a pour but de rendre honneur au défunt et de prier pour lui. Cette célébration à l'église exprime la dignité de l'homme au moment de sa mort et l'amour du Christ Ressuscité présent à nos côtés. Au cours de cette célébration nous remettons la personne bien-aimée entre les mains du Seigneur et nous apprenons à continuer notre chemin dans l'espérance.

Quels sont les différents rites lors de la célébration des obsèques ?

Le cierge pascal allumé symbolise la présence dans le monde de Jésus Christ Ressuscité. La lumière du cierge pascal est transmise auprès du défunt.
L'écoute de la Parole de Dieu nous aide à grandir dans l'espérance malgré le chagrin de la perte d'un être cher.
L'encensement du corps est un signe de respect pour le défunt et symbolise notre prière qui monte vers Dieu.
L'aspersion avec l'eau bénite rappelle l'eau du baptême.

Quel est l'avis de l'Eglise sur la crémation ?

L'Église ne refuse plus la crémation tant que celle-ci n'est pas envisagée comme une provocation à la foi catholique en la résurrection.

L'Eglise catholique, dans une instruction publiée le 25 octobre 2016 intitulée Ad Resurgendum cum Christo, rappelle sa préférence pour l'inhumation des corps davantage conforme, selon ce document, à la foi chrétienne en la vie éternelle et en la résurrection de la chair. En ensevelissant les corps des fidèles, l’Église confirme la foi en la résurrection et veut mettre l’accent sur la grande dignité du corps humain en tant que partie intégrante de la personne.

Si l'Eglise ne privilégie pas la crémation, elle ne l'interdit pas puisque la crémation "ne touche pas à l’âme et n’empêche pas la toute-puissance divine de ressusciter le corps", pourvu toutefois que la crémation ne soit pas la manifestation explicite d’une négation de la foi chrétienne.

Pour l'Eglise catholique la dispersion des cendres "dans l'air, en terre, dans l'eau ou d'une tout autre manière" n'est pas permise. Un tel procédé, selon elle, ne correspond pas à la dignité du corps humain reçu des mains créatrices de Dieu et au besoin de mémoire. Au contraire, les cendres "doivent être conservées dans un lieu sacré, à savoir le cimetière ou, le cas échéant, une église", afin de "réduire le risque de soustraire les défunts à la prière et au souvenir de leur famille", et d’éviter les "éventuels oublis et manques de respect qui peuvent advenir (...), ainsi que des pratiques inconvenantes ou superstitieuses." Disperser les cendres procède parfois de l’idée que, avec la mort, l’homme entier est anéanti ou arrive à la fusion avec la nature, théorie qui s'oppose à la foi chrétienne.

La loi du 19 décembre 2008 a déjà instauré un régime juridique des cendres funéraires afin de mettre un terme à certaines dérives , telles des urnes retrouvées dans des brocantes ou des décharges.... Les cendres disposent désormais de la même protection juridique que celle d’un corps inhumé et doivent "être traitées avec respect, dignité et décence" (art. 16-1-1 du code civil).  L.L.

 

Tombe st cyr

Prions pour les défunts de notre paroisse.

Log in